Ertugrul Gazi, Le père du fondateur du sultanat Ottoman. Débarqué à Samsun en mai 1919, Mustafa Kemal va prendre en main l'organisation de la résistance. Le 2 août 1944 la Turquie rompt ses relations diplomatiques avec Allemagne, puis lui déclare la guerre le 22 février 1945, condition posée pour participer à la conférence de San Francisco marquant la naissance de l'ONU. La Turquie décide alors de mener des raids aériens contre l'État islamique et profite de cette situation pour, en réalité, intensifier ses combats contre les rebelles kurdes[29],[30] en Turquie comme en Syrie pays dans lequel elle s'efforce d'empêcher la création d'un État kurde[31]. De 2002 à 2004, les investissements étrangers font plus que doubler : 2,73 milliards de $, contre 1,06 deux ans plus tôt[20]. Il tente également de donner une réponse culturelle à la question kurde. Bien que Mustafa Kemal ait proclamé la laïcité du futur État turc, le traité de Lausanne prévoit une « purification ethnique » pour « éviter de futurs conflits » : environ trois millions de personnes, les habitants de Turquie de religion chrétienne orthodoxe doivent rejoindre la Grèce, tandis qu'un demi-million d'habitants de la Grèce de religion musulmane doivent rejoindre la Turquie sans considération ethnique (la plupart étaient des Pomaks de langue bulgare). Venus d'Asie centrale, des peuples turcs se sont installés pendant le Moyen Âge en Anatolie et dans les Balkans où ils ont islamisé et turcisé des Arméniens, des Grecs, des Lazes, des Araméens et des Slaves qui, entre 1299 et le début du xxe siècle, se sont fondus dans le creuset de l'Empire ottoman, État puissant, multiethnique et multiconfessionnel. Ils se trouvaient dans un état de tension voire d'insurrection incessante de 1921 à 1926. Des minorités sont donc encore présentes en Turquie : Arméniens et Grecs d'Istanbul, Juifs, Assyro-Chaldéens et Kurdes. Le traité de Lausanne en 1923 inclut également un échange démographique : un million et demi de Grecs de Turquie sont échangés contre 385 000 musulmans de Grèce (turcophones et bulgarophones), en dépit de la volonté desdites populations. La Turquie a reconnu Israël et a même conclu des accords militaires avec ce pays (mais dénoncés en 2010). Cet article traite de l'histoire de la République turque de, Visées soviétiques, adhésion à l'OTAN et enjeux géostratégiques (1939-2003), Le Post-kemalisme : gouvernements militaires, question kurde et place de l'islam, La Turquie, démocratie conservatrice musulmane (2002-), « À bas la République ! En 1921, la Russie soviétique accepte de céder à la Turquie les districts de Kars et d’Ardahan conformément au principe revendiqué par le nouvel État de condamner toutes les formes d’annexion et de donner l’indépendance aux nationalités qui la revendiquaient[1]. Les lois amendées contiennent cependant des dispositions permettant d'envoyer les journalistes en prison[33]. Cet article ne traite que de cette période, et non des événements antérieurs. Seuls les Grecs d'Istanbul (environ 100 000 personnes) et les musulmans de Salonique (environ 5 000 personnes) sont exemptés. Nous allons vous proposer une série de 3 émissions pour vous expliquer par les preuves ce qui c'est réellement passé... Naissance de la Turquie Moderne vu par les alliés L'historien Maxime GAUIN nous explique  la naissance de la Turquie Moderne.... TGI PARIS - 17 ème Ch. CorrectionnelleParquet n°16252000332Audience du 10 décembre 2019 à 13h30MEMOIRE A L’APPUI D’UNEQUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITE En application... Quelques mots pour comprendre le contexte et résumer les évènements : au XIXe siècles, les Nestoriens (Assyriens schismatiques, à distinguer de ceux... Taner Akçam est un nationaliste kurde, qui a obtenu en 1995 un doctorat en sociologie à l’université de Hanovre (Allemagne)... Lettre de l’ambassadeur de Russie à Paris à son ministre, 13 mars 1913, reproduite dans René Marchand (éd. Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction . La guerre froide s'intensifie, l'extrême gauche et l'extrême droite se radicalisent, des groupes révolutionnaires se forment, notamment le Devrimci Sol, en 1978. La Turquie signe un traité de non agression avec l'Allemagne en 1941. Chronologie de la Turquie 1800-1200 avt J.C.: Empire hittite. La France voyait dans cette cession territoriale, un moyen d'écarter la Turquie de son traditionnel allié allemand. Quarante-six meneurs furent pendus sur la grande place de Diyarbakir. En politique étrangère, Atatürk tient fermement au principe de neutralité. Environ 2 839 membres des forces armées sont arrêtés dans un premier temps. Pour la première fois de son histoire, la République turque a ainsi un chef de gouvernement issu d'un parti politique islamique. Celui-ci est mis en place par Turgut Özal, Premier ministre en 1984, président en 1989, qui tente de concilier la nature démocratique du régime, les principes fondateurs de la République et l'islam. À l'est, il signa un autre traité avec le gouvernement bolchevik russe : le traité de Kars (1921). Dans les années 1970, les milices du Parti d'action nationaliste (MHP) et des Loups gris affrontent violemment les syndicats et les mouvements de gauche radicale. Bien que d'origine indo-européenne, les Kurdes ne sont pas considérés comme une minorité mais comme des Turcs des montagnes. Dès la révolution de 1908, les femmes émergent sur la scène politique. Cette réforme monétaire est lancée, après des décennies d'inflation galopante et plusieurs dévaluations, grâce à un relatif assainissement du budget de l'État (qui s'exprimait en quadrillions). La Turquie fait partie de toutes les institutions européennes depuis 1945 : Conseil de l'Europe, Organisation européenne de coopération économique, Organisation du traité de l'Atlantique nord, Banque de développement du Conseil de l'Europe. Paul Dumont et Jean-Louis Bacqué-Grammont (dir.). Buy Histoire de La Turquie Volume 6 book online at best prices in India on Read Histoire de La Turquie Volume 6 book reviews Histoire des Relations Internationales Contemporaines, tome 1:1871-1914, 1956) and tome 6: Le XIXe siecle, II De 1871 a 1914 L'apogee de V Europe; S.J. La Turquie abrite toujours des bases américaines, et a maintenu avec les États-Unis une alliance étroite, au moins jusqu'au début de 2003 et de la guerre en Irak, lorsque la Turquie fut le seul pays candidat à l'UE qui se déclara contre une intervention anglo-américaine. Histoire de la Turquie. Le 1er janvier 2009 : la Turquie devient membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour deux ans. Entre 72 et 97 journalistes turcs sont en prison en 2012[34],[35], contre 13 fin 2002[33], l'année de l'arrivée au pouvoir de l'AKP. L'histoire turque est réécrite afin de donner des racines à cette nation, à l'instar des États occidentaux au XIXe siècle. Le 15 juillet 2016, une tentative de coup d'État militaire menace le pouvoir d'Erdoğan. » Mais la révolte était également soutenue par des sociétés secrètes islamiques et des journalistes. Histoire de la Turquie contemporaine 4 mai 2016 de Hamit BOZARSLAN Poche EUR 10,00 Plus que 13 ex. Le repositionnement diplomatique de la Turquie est notamment marqué par l'attaque du navire Mavi Marmara en 2010 par les forces spéciales israéliennes, qui entraîne une sérieuse dégradation des relations entre Israël et la Turquie[22]. La peine de mort est supprimée pour les crimes de droit commun en 2001[15], est abolie en temps de paix[16], puis en toute occasion, lors d'une réécriture du code pénal[17]. En 2014, face à l'attaque par les forces de l'État islamique (EI) de la ville syrienne kurde de Kobané, elle refuse de soutenir les défenseurs de la ville[25] et privilégie l'affaiblissement du pouvoir kurde, Recep Tayyip Erdogan affirmant que « le PKK et l'EI représentent le même danger pour le pays »[23]. La naissance de la Turquie moderne La sévérité des sanctions provoque un sursaut au sein de la population. ), Un livre noir.... Radio Free Europe / Radio Liberty, « Newsline », 7 mai 2001 :« LE PREMIER MINISTRE ARMÉNIEN RENCONTRE UN MEMBRE LIBÉRÉ DE... Moucheg Séropian était un homme d’Église et un agitateur nationaliste arménien. Tous les partis sont dissous, les militaires prennent la tête des nouvelles organisations. Get this from a library! J.-C. Premiers royaumes hittites en Anatolie et sur la côte ionnienne. C'est le monde de l'enseignement qui est le plus touché par la purge avec la suspension de 21 738[38],[39] fonctionnaires du ministère de l'Éducation et avec l'appel du Conseil de l'enseignement supérieur à la démission de 1 577 recteurs et doyens des universités[40]. En politique intérieure, si le début du mandat de Recep Tayyip Erdoğan est marqué par quelques réformes politiques telles qu'un élargissement des droits des instances religieuses non musulmanes ; la réduction de 6 à 3 ans des peines de prison pour « insulte » aux forces armées et autres piliers de l'État turc ; la limitation de leur application aux insultes avec « intention » et remplacement des peines de prison de la loi relative à la presse par des amendes[33]. De l'Empire à nos jours, Paris, Éditions Tallandier, 2013. L'histoire de la Turquie proprement dite est celle de la république de Turquie issue de la guerre d'indépendance turque menée par Mustafa Kemal Atatürk contre l'occupation par les Alliés de la Première Guerre mondiale de l'Empire ottoman jusqu'en 1923. Elle aura fait au moins 346 morts dont 104 putschistes abattus, et plus de 1 440 blessés. L'interdiction du communisme fut inscrite dans le code pénal[3]. Georges Duhamel, La Turquie, nouvelle puissance d'Occident, Mercure de France, 1953. La 5 juin 2008 : Cet amendement est annulé par la Cour constitutionnelle sur la base de l'article 2 de la Constitution, qui garantit la laïcité. Vive le Sultan-Calife ! Ce mouvement laïc sera surtout efficace dans les grandes villes de l'Ouest du pays. Des meetings de protestation se tiennent à Istanbul, tandis que des associations patriotiques se multiplient en Thrace et en Anatolie. Mais cet immense empire dont le Sultan était aussi Calife, s'affaiblit à partir du début du xviiie siècle pour se disloquer aux lendemains de la Première Guerre mondiale, donnent naissance à la Turquie moderne. Ce traité renonce à créer un Kurdistan turc, qui était prévu par le traité de Sèvres. Lors du congrès de Sivas (en), un gouvernement provisoire fut élu. ». En effet, la Turquie signe des accords de coopération militaire et économique avec les États-Unis en 1947-1948, bénéficie du plan Marshall, entre au Conseil de l'Europe en 1950 et dans l'OTAN en 1952. Ces années sont marquées par la personnalité de Recep Tayyip Erdoğan, nommé Premier ministre en 2003, puis premier président de la République de Turquie, élu au suffrage universel direct en 2014. Ce même mois, est fondé le Parti démocrate, mouvement conservateur modéré. Le 1er janvier 2005, la nouvelle livre turque (Yeni Türk Lira ou YTL) est adoptée : une YTL vaut 1 million d'anciennes livres turques. Celui-ci appelle le peuple à braver le couvre-feu. mise à jour Un traité d’amitié avec les Soviétiques est signé en 1925. Histoire de la Turquie par Robert Mantran (Que sais-je?, no 539) Presses universitaires de France, 1975 4e éd. Elle s'est soumise à la juridiction européenne suprême de La Haye. Hamit Bozarslan, Histoire de la Turquie. La Turquie poursuit dans les mois qui suivent ce « double-jeu ». Finalement, le sultanat est aboli le 1er novembre 1922. Le problème est pour eux de localiser la mère patrie, puisque l'on trouve des Turcs de la Serbie à la Sibérie orientale. Conformément aux demandes des alliés, les membres du gouvernement impérial ottoman impliqués dans la déportation des arméniens d'Anatolie vers le Liban et le désert de Syrie et dans le génocide arménien avaient été traduits en justice et condamnés, mais le gouvernement provisoire n'accepte pas d'être tenu pour responsable d'un crime commis sous le régime précédent. La Turquie est donc logiquement candidate à l'entrée dans l'Union européenne en 1987. En juillet 1946, ont lieu les premières élections pluralistes. Cette situation provoque le 12 septembre 1980 un nouveau coup d'État militaire suivi d'une forte répression entraine une nouvelle éradication de la gauche légale, les éxécutions et arrestations se comptent en dizaines de milliers[14]. L'anticléricalisme est prononcé, mais le spiritualisme musulman n'est pas pour autant abandonné. de prolongement de l'Asie centrale vers l'Europe, la péninsule anatolienne a vu, au cours d'une période de quatre-vingts siècles, déferler sur son sol un grand Histoire de la Turquie, de l'Altaï à l'Europe, Ibrahim Tabet, éditions L'Archipel. C'est la première alternance politique depuis 1923. VIème siècle avt J.C.: conquête perse. Des cours martiales exécutèrent ou emprisonnèrent tous les Kurdes reconnus coupables d'atteinte à la sûreté intérieure de l'État. En effet, Erdoğan intente systématiquement des procès à l'encontre des journaux d'opposition, si bien que ces journaux sont l'objet de saisies ou sont fortement pénalisés par les amendes. En 2000, le Parti des travailleurs du Kurdistan proclame un cessez-le-feu à la suite de l'arrestation de son chef, Abdullah Öcalan. », « Comment Daech organise son lucratif marché pétrolier », « La Turquie, première prison au monde pour les journalistes », « En Turquie, 2 journalistes poursuivis pour des révélations sur des livraisons d’armes aux rebelles syriens », Histoire du partage des eaux du bassin Tigre-Euphrate depuis 1916, Coup d'État du 12 septembre 1980 en Turquie, Tentative de coup d'État de 2016 en Turquie, Tentative de coup d'État militaire de 2016, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Histoire_de_la_Turquie&oldid=176892614, Article contenant un appel à traduction en anglais, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Son modèle de référence restait ancré dans la France des Lumières[2]. Un Parti communiste est fondé en 1920 mais ses dirigeants sont presque aussitôt liquidés et ses militants persécutés. Ainsi, le Conseil national de la sécurité (MGK, créé en 1961, transformé en véritable instance de contrôle par la Constitution de 1982) est-il devenu, à partir de 2003, essentiellement consultatif, cependant que son secrétaire, autrefois un militaire, est désormais un civil[18]. L’accord d’association Turquie-CEE est gelé à la suite du coup d’État militaire du général Kenan Evren de 1980. Dans le même temps la Turquie continue de perdre des places dans le classement mondial de la liberté de la presse. Lire la … Get this from a library! De plus, les restrictions imposées par le traité de Sèvres, tel que le contrôle par les armées alliées, sont levées. La Turquie possède une longue histoire. En 1919, à la suite de grandes manifestations, des mesures sont prises visant à faire évoluer le statut de la femme : égalité avec les hommes reconnue dans le code civil, mariage civil obligatoire, interdiction de la polygamie, de la répudiation, du port du voile à l'école, scolarisation des filles, embauche de femmes dans l'administration… En 1930, elles votent et sont éligibles aux élections locales et en 1934 aux élections nationales[5]. Il obtint un soutien important de la population et de l'armée. Il avait l'ambition de modeler une civilisation turque moderne, souhaitant pour cela la « Révolution à toute vapeur ». L'état de siège est levé dans treize provinces dès 1984. La tentative de coup d’État est avortée. La Turquie possédait de nombreuses minorités héritées de l'Empire romain d'Orient dit byzantin : des Arméniens, des Juifs, des Albanais, ainsi que des Grecs ottomans dits en turc roumis (à la différence des Grecs de Grèce dits yunan). Le 8 juillet 1937, la Turquie, l’Irak, l’Iran et l’Afghanistan signent le traité de Sa'dabad qui prévoit entre autres une coordination de la lutte contre la « subversion » kurde. Enfin, clef de voûte du processus initié par Mustafa Kemal, 29 octobre 1923, la république de Turquie est proclamée : il est aussitôt élu président. L'armée reste un pilier de la nation ; l'école laïque, gratuite et obligatoire, le modèle d'école républicaine de Jules Ferry est instauré, une forte action culturelle est entreprise avec les « maisons du peuple » (la Turquie restera un « État papa » jusque dans les années 1980). Restée sur la leçon de la Première Guerre mondiale, la Turquie choisit la neutralité lors du deuxième grand conflit du XXe siècle. 7 étapes dans l’histoire de la Turquie Un pouvoir autoritaire dans un pays aux héritages multiples et contrastés. La Turquie est alors l'un des rares pays à s'opposer à l’isolement de l'Union soviétique. La situation politique se dégrade au cours des années 1970. Le Parti démocrate est accusé de violer la Constitution pour rester au pouvoir. Alexandrette prend alors le nom d'Iskenderun. Il fournissait aux insurgés des armes et des subsides. Néanmoins, un premier « dégel » des relations turco-soviétiques survient après la mort de Staline en 1953, à l’initiative de Nikita Khrouchtchev. Par ce traité, la Russie soviétique rend à la Turquie un territoire pris à l'Empire ottoman en 1878, peuplé de tribus arméniennes et kurdes, et les deux partis turc national et russe bolchévique s'entraident pour mettre fin aux velléités d'indépendance des peuples du Caucase, et pour chasser les Anglais des réserves de pétrole de Bakou.

Population Haguenau 2020, Se Déplacer En Irlande, Leon L'africain Ecole, Resto Chinois Ville-la-grand, Atromitos Vs Panionios, Calendrier Ligue 1,